Blog

“C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant… En effet, notre Dieu est un feu qui détruit” (Hé 10.31, 12.29). Aussi traduit comme “un feu dévorant”, “un feu καταναλίσκον” parle d’un feu qui consume complètement. Le conditionalisme est une compréhension de l’enfer partagée par un nombre croissant de théologiens protestants et évangéliques qui considèrent que “détruire” veut vraiment dire “détruire” et non vivre pour toujours dans la souffrance1Pour apprécier l’ampleur du mouvement dans le monde évangélique, voir rethinkinghell.com. Le conditionalisme est une position adoptée par de plus en...

Lire la suite

L’épistémologie est la science qui vise à répondre à la question : sur quelle(s) base(s) pouvons-nous savoir ce que nous savons ? Appliqué à la révision biblique du thème de l’enfer, cet article pose la question suivante : quelle priorité devons-nous accorder à nos émotions, notre intuition, la tradition et la Bible lorsqu’il vient le temps de repenser l’enfer ? Face à ce sujet, deux principes servant de garde-fous doivent nous aider à fonder notre position. D’un côté, nous ne devons pas faire reposer notre...

Lire la suite

Les deux livres bibliques les plus difficiles à interpréter sont le premier et le dernier, Genèse et Apocalypse. Concernant la Genèse, le lecteur moderne se demandera notamment comment arrimer le discours scientifique avec le discours biblique : est-ce même possible ? Le récit de la création de la Genèse ne contient-il pas des affirmations anti-scientifiques comme le fait que la végétation est venue avant le soleil ? Dans cet article, j’offre des pistes de réflexion pour mieux comprendre le récit biblique fondateur en ses propres termes tout en...

Lire la suite

Avoir la foi d’Abraham, c’est faire de Dieu notre Dieu et cela à n’importe quel prix, même au prix de notre passé ou de notre avenir, car nous avons été éveillé au fait que Dieu est bon, qu’il est le souverain bien : Dans le récit de la vocation d’Abraham en [Gn] 12,1-9, Dieu demande à ce dernier de se séparer de sa famille et de son passé, et d’émigrer dans un pays inconnu ; en 22,1-9, Dieu lui demande de sacrifier son fils Isaac et de...

Lire la suite

Un des arguments musulmans face aux chrétiens consiste à dire que Jésus était musulman. Voici un exemple d’un tel discours. Dans cet article, je vais d’abord décrire en quoi consiste l’argument pour ensuite démontrer en quoi il est fallacieux. 1. Description de l’argument Les musulmans qui utilisent cette approche pour convaincre les chrétiens d’adhérer à l’Islam fondent leur argument sur une définition qui fonctionne comme une prémisse de base : être musulman veut dire être soumis à la volonté de Dieu12:20. Jésus lui-même disait se soumettre à la volonté de Dieu23:10....

Lire la suite

Pour moi, il y avait une barrière mentale entre la religion et Dieu. Je pouvais très bien me placer sur un terrain religieux et ne jamais, en termes d’émotions, comprendre que Dieu est une personne, un être réel avec des pensées, des sentiments et tout ce qui va avec. Pour moi, Dieu était plus quelque chose de l’ordre de l’idée. C’était un peu comme une machine à sous, une rangée d’images tournantes d’où sortaient des récompenses sur la base de mes mérites et, peut-être, de...

Lire la suite

Dans sa thèse de doctorat intitulée Les femmes disciples dans l’évangile de Luc: critique de la rédaction (2008), Sylvie Paquette fait des observations intéressantes concernant les modifications rédactionnelles que Luc a apportées à ses sources pour mettre l’accent sur des aspects de la gent féminine des disciples de Jésus1La critique de la rédaction repose sur le postulat que dans les choix des détails enlevés, ajoutés ou modifiés, il est possible de cerner les thèmes et les motifs importants des évangélistes. Une analyse synoptique, c’est-à-dire une analyse comparative des différents évangiles permet de...

Lire la suite

En quoi consiste le corpus d’Écritures auquel le credo fait référence : “Christ est mort pour nos péchés selon les Écritures… il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures…” (1 Co 15:3-4) ? À quels écrits les premiers chrétiens se référaient-ils pour interpréter la mort et la résurrection de Christ ? Il va de soi que la pratique de Paul et celle des autres auteurs néotestamentaires pointe vers un ensemble de livres considérés par les Juifs comme inspirés de Dieu (ce qui s’apparente à notre...

Lire la suite

Au 13e siècle, cette époque du Moyen Âge où l’Église Catholique romaine construisait des cathédrales démontrant la grandeur de Dieu par la pierre, Claire et François d’Assise ont plutôt choisi de vivre dans l’humilité et la pauvreté qu’ils jugeaient plus conformes au modèle de Jésus. C’est dans ce contexte que Roland Bonenfant écrivit ceci d’eux : Vis-à-vis de l’Église, ils n’exercent pas un prophétisme dénonciateur (par leur parole), mais un prophétisme exemplaire (par leurs gestes). La mise en oeuvre de leur modèle de vie humble et pauvre conteste...

Lire la suite

Paradoxe ! En 1 Co 11:23-2511 Co 11:23-25 : “23 Car moi, j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai transmis. Le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain 24 et, après avoir rendu grâces, le rompit et dit : ‘Ceci est mon corps, qui est pour vous ; faites ceci en mémoire de moi’. 25 De même, après avoir soupé il prit la coupe et dit : ‘Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang. Faites ceci en...

Lire la suite