Mon nom est Sonny Perron-Nault. Après avoir fait un baccalauréat en théologie à l’École de Théologie Évangélique du Québec en 2002-2005, j’ai complété une maîtrise en études bibliques à l’Université de Montréal (2012-2016). Sous la direction d’Alain Gignac, mon mémoire portait sur l’origine théologique et historique du christianisme à partir du credo primitif en 1 Co 15,1-11. Depuis 2017, je suis candidat au doctorat au Collège Universitaire Dominicain d’Ottawa. Avec Michel Gourgues comme directeur, mon projet porte sur l’origine de la christologie avec point focal 1 Co 8,6, que je juge aussi être une tradition primitive donnant accès aux 20 premières années du christianisme1Les propos sur ce blog sont évidemment les miens et ne représentent aucunement les personnes et institutions mentionnées..

Pourquoi intituler ce blog Théophile ? Théo = Dieu. Phile = Aimer. “Théophile” veut donc dire “qui aime Dieu” ou “aimé de Dieu”. Théophile est celui à qui est adressé l’évangile selon Luc (Lc 1,1-4) ainsi que les Actes des apôtres (Ac 1,1-2), deux tomes d’une même oeuvre (celle de Luc, le médecin). Le fait que Luc lui adresse les deux tomes laissent supposer que Théophile a probablement financé Luc pour la réalisation de ses recherches et la rédaction de la biographie de Jésus et l’histoire de l’origine de l’Église. Théophile était probablement un haut fonctionnaire dans l’Empire romain, car le titre “excellent Théophile” en Lc 1,3 est un titre attribué aux personnes en position d’autorité dans le gouvernement romain (c.f. Ac 23,26, 24,3, 26,25). Luc écrit explicitement la raison pour laquelle il a écrit son évangile et Actes pour Théophile : “afin que tu reconnaisses la solidité de l’enseignement que tu as reçu” (Lc 1,4). Aujourd’hui, Luc est considéré par les historiens modernes comme l’auteur biblique le plus méticuleux, détaillé et précis dans sa rédaction (le plus riche dans son vocabulaire, etc.). La précision et concordance avec les faits selon le témoignage des témoins oculaires sont d’ailleurs des critères avec lequel Luc a fait ses recherches pour démontrer à Théophile le bien-fondé de sa foi en Jésus.

Bref, “Théophile” comme nom de blog pour deux raisons : premièrement, à cause de son étymologie : aimé de Dieu / qui aime Dieu. Dans la ligne du Shema Israel, qui incite à “aimer Dieu de toute sa pensée” (Lc 10,27), je questionne et repense ma foi, en rends compte ici et l’expose ouvertement à ceux et celles qui sont animés par la même quête que moi. Deuxièmement, “Théophile” à cause de la rigueur intellectuelle qui caractérise l’oeuvre lucanienne ainsi que son désir d’aller au fond des choses (ancrer le tout dans les témoins oculaires) pour son “commanditaire”. Bref, un peu à la manière de Luc et de Théophile, j’aspire à explorer ici ma foi en Christ, et examiner à quel point ma vision du monde chrétienne repose sur du “solide”, sur des données cohérentes provenant de sources crédibles.

Mon témoignage de conversion

Références   [ + ]

1. Les propos sur ce blog sont évidemment les miens et ne représentent aucunement les personnes et institutions mentionnées.