La violence dans la Bible : “Je suis venu apporter l’épée” -Jésus

11/12/2014
Voici ce qu’un ami musulman anonyme a écrit sur mon blog en réponse à l’un de mes articles où je remets en question l’Islam…

“Je vous affirme qu’il n’y a dans aucun passage du Coran des messages de haine et violence. En plus, le mot épée n’est pas mentionné dans le Coran tandis que dans la Bible, il est mentionnée presque 250 fois et voilà un exemple dans Matthieu 10:34: ‘Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée.’.”

Voici ma réponse où je reprends son commentaire en le décortiquant :

1 – “Je vous affirme qu’il n’y a dans aucun passage du Coran des messages de haine et violence.”

Ici, il me semble qu’une simple lecture et analyse de la sourate 9 rend évident que le Coran commande bel et bien la violence :

– Sourate 9:5 : “Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât et acquittent la Zakât, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.”

– Sourate 9:29 : “Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés.”

– Sourate 9:111 : “Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah : ils tuent et ils se font tuer.”

– Sourate 9:123 : “Ô vous qui croyez! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez qu’Allah est avec les pieux.”

Non seulement ces versets parlent de violence, mais ils commandent la violence envers les non-musulmans : “tuez les associateurs, capturez-les, combattez ceux qui ne croient pas en Allah, combattez les mécrants…” Le contexte littéraire et historique de ces versets coraniques risque de froisser encore davantage les valeurs occidentales de tolérance, de paix et d’amour que nous partageons probablement toi et moi. Voici un vidéo en anglais qui va dans ce sens en analysant le contexte du 2e verset mentionné. C’est un vidéo qui en vaut vraiment la peine : http://www.answeringmuslims.com/2012/05/quran-in-context-1-fight-those-who-do.html Si tu as d’autres explications qui pourraient démontrer comment ces versets n’appellent pas à la violence contrairement à ce qu’ils laissent paraître clairement au premier abord, j’aimerais entendre ton point de vue.

2 – “…en plus le mot épée n’est pas mentionné dans le Coran tandis que dans la Bible il est mentionnée presque 250 fois…”

Ici, il y aurait deux points à considérer…

Premièrement, dire que la Bible mentionne 250 fois le mot épée ne dit absolument rien sur le rapport de la Bible à la violence. La Bible est principalement narrative, c’est-à-dire qu’elle raconte des histoires. Et une règle d’interprétation de base consiste à faire la différence entre ce qu’un livre prescrit et ce qu’un livre décrit. 99% des passages où le mot “épée” est mentionné dans l’Ancien Testament (AT par la suite), c’est dans un contexte où l’on décrit une histoire de sorte que la violence n’est pas du tout commandée. En ce qui concerne la violence prescrite dans l’AT, il faut noter qu’elle est 1) rare, 2) circonstancielle (orientée vers un cas particulier) et 3) motivée par des considérations morales de la part de Dieu (ex : Genèse 15.13-16 ; voir http://sperron.blogspot.ca/2013/12/pourquoi-dieu-t-il-commande-deliminer.html). Par opposition, la violence commandée dans le Coran est motivée par les différences religieuses et vise à imposer l’Islam tels que les versets coraniques mentionnés plus haut le démontrent. Dans le Nouveau Testament (NT par la suite), il n’y a aucun passage commandant la violence (je reviendrai plus loin sur le verset que tu cites).

Deuxièmement, tu dois savoir que dans la Bible, Dieu fait un travail progressif d’éducation morale envers l’humanité. Dans cette optique, Dieu réglemente la violence par l’entremise de Moïse avec la loi du talion (oeil pour oeil, dent pour dent) qui avait comme but d’éviter les vengeances exponentielles. 1400 ans plus tard, Dieu brise le cycle de la violence par l’entremise de son Fils. Jésus a enseigné le pacifisme : “Mon royaume n’est pas de ce monde, répondit Jésus. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne fusse pas livré aux Juifs; mais maintenant, mon royaume n’est point d’ici-bas” (Jean 18.36). En plus d’avoir eu un message de paix, il l’a mis en pratique en mourant à la croix sans résister et cela, dans le but de nous pardonner de nos fautes, lui le Juste qui est mort pour les injustes. Dans l’espace d’environ 1400 ans (de Moïse à Jésus) Dieu a éduqué l’humanité en le faisant passer d’une nature violente brute (vengeance exponentielle) à la loi du talion, puis à la loi de l’amour sacrificiel (la croix). Cependant, Mahomet arrive 600 ans plus tard, 600 ans après Jésus, et son enseignement ramène l’humanité à la loi du talion (Sourate 2.178-179). Cela va à l’encontre du travail d’éducation morale que Dieu a fait avec l’humanité.

 “Alors Jésus lui dit: Remets ton épée à sa place car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée”  (Matthieu 26.52).

3 – Matthieu 10.34 : “Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée.”

Je t’inviterais à étudier le contexte a) littéraire immédiat et b) littéraire étendu et c) historique de ce passage :

a) Contexte littéraire immédiat : Juste avant ce verset, au v.23, Jésus disait que ce sont ses disciples qui seront persécutés : “Quand on vous persécutera dans cette ville-ci, fuyez dans une autre.” Jésus ne les invite pas du tout à être les persécuteurs ni même à réagir avec violence. Que doivent-ils faire quand ils sont persécutés? Prendre l’épée? Non, le texte dit plutôt qu’ils doivent fuir (“fuyez dans une autre ville”). J’ai pointé le v. 23, mais tout le passage immédiat qui vient avant le v. 34 (Matthieu 10:16-33) illustre les mauvais traitements faits aux chrétiens qui sont comme des brebis au milieu des loups (v. 16). Ces loups peuvent même être les membres de la famille proche qui s’opposent violemment à la foi chrétienne (v. 21). Autrement dit, s’il y a violence, celle-ci ne vient pas des chrétiens, mais est dirigée contre les chrétiens.

Pareillement, le verset qui suit immédiatement le v. 34 précise en quoi consiste l’image de l’épée dont Jésus parle. C’est un symbole de division : “…je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère…” Une épée tranche quelque chose en deux, sépare (voir aussi Hébreux 4.12). Ici, c’est la famille qui risque d’être divisée par le message de Jésus. Les relations père-fils, mère-fille risquent d’être tranchées, les liens coupés1Luc 22.51 confirme mon interprétation. Luc reprend la même parole que Matthieu, mais enlève l’image de l’épée de peur d’être mal interprété et parle clairement de division : “Pensez-vous que je sois venu donner la paix sur la terre ? Non, vous dis-je, mais la division.”. Pourquoi dit-il cela? Parce qu’il informe ses disciples que même les liens familiaux ne doivent pas les empêcher de suivre son appel (v. 37) : “Celui qui aime père ou mère plus que moi n’est pas digne de moi et celui qui aime fils ou fille plus que moi n’est pas digne de moi…” Enfin, Jésus utilise l’image de la crucifixion pour aider ses disciples à comprendre que pour marcher à sa suite, ils doivent être prêts à être mis à mort eux aussi (v. 38) : “celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas, n’est pas digne de moi.” Est-ce l’épée que Jésus invite à prendre? Non, c’est la croix! La croix est un objet d’exécution par lequel d’autres nous mettent à mort (on ne peut pas s’attacher soi-même sur une croix). L’épée symbolise donc la division familiale que le message de Jésus peut avoir comme effet et dans ce contexte, les disciples de Jésus courent le risque d’être persécutés même par leur famille. Si c’est le cas, ils sont appelés à fuir dans une autre ville, à abandonner même leur famille si celle-ci les empêche de le suivre et dans le pire des cas, à mourrir pour leur foi en lui. Considérons maintenant le contexte élargi…

b) Contexte littéraire élargi : Excepté ce passage, Jésus enseignait-il un message de violence? Jésus est universellement connu pour son message d’amour et cela n’est pas sans fondement biblique. Dans le même évangile, nous voyons qu’il affirmait clairement un message d’amour universel :

“Vous avez entendu qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. Alors vous serez fils de votre Père qui est dans les cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les péagers aussi n’en font-ils pas autant ? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ?” (Matthieu 5.43-47)

Je pourrais aussi parler des béatitudes (Mt 5.1-12), de la parabole du bon samaritain (Luc 10.25-37), de la réaction pacifique de Jésus lors de son arrestation. Rappelons-nous aussi la réponse de Jésus à Pilate concernant le fait que son royaume n’est pas de ce monde ce qui explique que ses disciples ne combattent pas physiquement pour lui. Tout comme le contexte littéraire immédiat, le contexte littéraire élargi démontre que le NT ne commande pas la violence. Jésus encourage plutôt à éteindre la violence en appelant les chrétiens à être prêts à mourrir pacifiquement pour le bien et la justice comme Jésus l’a fait (afin de nous sauver des conséquences de nos péchés et nous réconcilier avec Dieu).

c) Contexte historique : Y’a-t-il d’autres sources de la même époque qui nous permettraient de réinterpréter différemment Matthieu 10.34 ? Ses disciples ont-ils prescrit ailleurs d’être violent ? Ont-ils pris eux-mêmes l’épée ? Non. Le livre des Actes des apôtres démontrent que le christianisme s’est répandu par la prédication de la bonne nouvelle et les miracles que Dieu faisait (Actes 3.1-4.4). Il n’y a aucune violence liée aux disciples de Jésus dans l’histoire chrétienne primitive. Les premiers chrétiens ont été systématiquement persécutés et martyrisés sans avoir instiguer la violence ni même riposter de façon violente (Actes 7.1-8.4; 12.1-17). Jusqu’au jour où Constantin a produit la subversion du christianisme en le “politisant”, il est très difficile de trouver le moindre chrétien coupable de violence. Par la suite, comme le christianisme devient la religion de l’Empire, il devient compliqué de faire la distinction entre les vrais chrétiens et les chrétiens culturels. Tout comme les contextes littéraires, le contexte historique va aussi à l’encontre de ce que tu sembles soutenir en citant Matthieu 10.34.

Bref, pour toutes ces raisons, je pense qu’il est légitime d’affirmer que le Coran contient des passages qui incitent à la violence alors que ce n’est pas le cas avec le Nouveau Testament. Même si au cours de l’histoire occidentale, le christianisme a été mêlé à la violence (inquisition, croisades, colonisation), les personnes qui ont prétendu le faire au nom de Jésus-Christ allaient à l’encontre de son enseignement et de son exemple (ce n’est pas la Bible qui les a inspirés, mais ils avaient d’autres motivations). Cependant, ceux qui commettent des actes violents au nom d’Allah m’apparaissent mettre en pratique l’enseignement de Mahomet et l’exemple qu’il a laissé.

Références   [ + ]

1. Luc 22.51 confirme mon interprétation. Luc reprend la même parole que Matthieu, mais enlève l’image de l’épée de peur d’être mal interprété et parle clairement de division : “Pensez-vous que je sois venu donner la paix sur la terre ? Non, vous dis-je, mais la division.”

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeRequired fields are marked *

3 comments on “La violence dans la Bible : “Je suis venu apporter l’épée” -Jésus

  1. Lalla Essamlali Août 29, 2016

    Comme vous avez analysé le contexte de la Bible d’une manière littéraire immédiate, étendue et historique, je vous invite à faire pareil pour le Coran…
    Cordialement

    • Merci de la suggestion.
      Excepté le lien du vidéo anglais qui fait cela (mis dans l’article), je considère le contexte littéraire immédiat de la sourate 5:32 ici : http://www.theophile.xyz/2014/09/fausses-presentations-de-lislam/
      Je considère une notion importante du contexte littéraire élargit du Coran là (en parlant de la notion d’abrogation) : http://www.theophile.xyz/2015/07/le-porc-quen-dit-la-bible-et-le-coran/
      Mais effectivement, il serait intéressant de faire un article en français sur le contexte historique et littéraire de la sourate 9 du Coran.

    • arthur Mai 13, 2018

      Oui, mais chaque fois que j’interroge un musulman, c’est toujours la même réponse. Un gros mensonge (taqiya). On dirait que vous craigniez que je lise l’exactitude du texte. Lorsque vous lisez “tuez les tous”, ça veut dire “tuez les tous”. Par contre, il semblerait que chaque musulman interprète à sa manière les textes. Ça fausse le raisonnement.

Théophile © 2015