Fausses présentations de l’Islam?

09/25/2014

Si nous voulons vraiment savoir, il nous faut analyser directement la vie et l’enseignement de Jésus et de Mohammed, tels qu’ils nous sont rapportés dans la plupart des sources fiables. Il y a une grande différence entre étudier les sources par vous-mêmes et vous appuyer sur des personnes qui les interprètent1Mark Gabriel, Jésus et Mahomet, Romanel-sur-Lausanne, Ourania, 2007, p. 8..

Les vrais musulmans sont-ils ceux qui commettent des actes terroristes ou ceux qui sont paisibles et respectueux des différences religieuses? Prenons, par exemple, cette image que nous trouvons dans google image si nous écrivons “Islam”. On peut y lire : “Pas de terrorisme dans l’Islam – Quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes. Le Saint Coran – 5:32”

L’image communique que le Coran enseigne la justice et le respect de la valeur humaine. Elle semble donner cette référence coranique comme appuie à cette idée. Le verset porte à croire que l’Islam n’appuie pas le terrorisme. C’est l’impression que l’on en a, jusqu’à ce que l’on considère la citation dans son contexte. On s’aperçoit alors que cet extrait du passage coranique ne présente pas tout de l’Islam des origines. Regardons le contexte littéraire immédiat (Sourate 5:32-34) de ce passage coranique :

32. C’est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu’en dépit de cela, beaucoup d’entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre. 33. La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment, 34. excepté ceux qui se sont repentis avant de tomber en votre pouvoir: sachez qu’alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

Autrement dit, la citation inspirante présentée sur l’image était une parole à base adressée aux Juifs, aux enfants d’Israël. Allah leur a envoyé une panoplie de prophètes pour leur annoncer ce message qui disait de ne pas tuer personne à moins que cette personne soit coupable d’un meurtre ou de corruption sur la terre. Cependant, ces Juifs n’ont pas compris et ils furent trouvés coupables de corruption : “beaucoup d’entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre”. Leur méchanceté se manifeste entre autres par le fait qu’ils rejettent Mahomet comme prophète et ne croient pas en lui : ils “font la guerre contre Allah et Son messager”. Comment les traiter, eux qui rejettent l’Islam? Mohammed poursuit en disant : “qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays.” Mais Allah “pardonne” et il est “miséricordieux”, donc il y a une exception : “excepté ceux qui se sont repentis avant de tomber en votre pouvoir.”

Il est important, ici, de chercher à comprendre le mot “corruption” à la lumière du Coran et non pas juste intuitivement. Selon Mohammed, ceux qui sèment la corruption sur la terre ne sont pas seulement ceux qui sont trouvés coupables de pratiques immorales. Ce groupe inclut aussi ceux qui ne croient pas en l’Islam, comme les Juifs à l’époque de Mohammed. Plusieurs passages coraniques comme la Sourate 2:8-14, 3:60-65, 16:88, 47:22 associent la corruption au fait de ne pas croire en l’islam. Ceux qui sèment la corruption sont ceux qui rejettent l’islam et sèment des idées contraires : “Si donc ils tournent le dos… alors Allah connaît bien les semeurs de corruption !” (Sourate 3:63) Si l’on examine le contexte de ce dernier passage, le lien entre “incroyance vis-à-vis l’Islam” et “semer la corruption” sera encore plus manifeste : ce sont les sceptiques (v. 60), ceux qui contredisent la révélation de Mahomet (v. 61), notamment les chrétiens (v. 62) et les juifs (v. 64-65).

À quel point ironique devient alors le message de l’image avec le verset coranique au début de cet article ! Il est supposé démontrer que l’Islam n’est pas une religion de violence, mais lorsqu’on le regarde dans son contexte, on voit l’inverse : ce passage visait à justifier la violence à l’égard des Juifs. Peut-être, nous viendra-t-il la pensée que cette portions coraniques propre au contexte de Mohammed contiennent des idées que jamais personne, de nos jours, ne penserait mettre en pratique ! Tuer ! Crucifier ! Couper la main et la jambe opposées !” Malheureusement, le documentaire sur l’État Islamique de Vice News offre des images qui démontrent le contraire.

Nous savons bien que 99,9% des musulmans ne feraient jamais ça. Ils sont paisibles, amicales et respectueux des différences. J’ai personnellement eu un couple d’amis musulmans très chaleureux et généreux. Et je tiens à dire que j’aime les musulmans. Cependant, ce que je réalise en lisant les sources islamiques, c’est que la grande majorité des musulmans ne mettent pas en pratique le Coran. Ils ont des valeurs contraires au Coran, et s’ils lisent le Coran, alors ils déploieront des stratégies de ré-interprétation afin d’adoucir le texte pour qu’il concorde avec leur vision du monde contemporaine. D’après moi, si vraiment les musulmans prennent le temps de lire le Coran et les Hadiths avec une conscience sincère, je crois que ce genre de constatations créera une dissonance cognitive de plus en plus grande. On ne peut étudier en profondeur un texte sacré qui froisse nos valeurs les plus importantes, sans tôt ou tard être tenter de chercher un meilleur fondement.

Je termine sur cette citation de Mark Gabriel en introduction, qui résume bien l’essentiel de cet article : “si nous voulons vraiment savoir, il nous faut analyser directement la vie et l’enseignement de Jésus et de Mohammed…”

Références   [ + ]

1. Mark Gabriel, Jésus et Mahomet, Romanel-sur-Lausanne, Ourania, 2007, p. 8.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeRequired fields are marked *

Théophile © 2015