Pourquoi Dieu a-t-il commandé d’éliminer les Cananéens?

12/02/2013

Les Israélites vouèrent à l’interdit, au fil de l’épée, tout ce qui était dans la ville [de Jéricho], hommes et femmes, enfants et vieillards, bœufs, moutons et ânes (Jos 6,21).

L’Ancien Testament contient plusieurs histoires choquantes, caractérisées par la violence, le mensonge, l’adultère et une panoplie d’autres mauvaises actions. Beaucoup de ces histoires servent à illustrer la condition humaine et du monde sans Dieu. La plupart du temps, ces récits ne posent pas problème aux croyants, car nous faisons la distinction entre ce qui est décrit et ce qui est prescrit. Par exemple, ce n’est pas parce que Caïn a tué son frère (Gn 4), que la Bible enseigne que nous devons aussi tuer. Au contraire, cette histoire sert à décrire à quel point rapidement la violence entre en jeu dans un monde où l’on a rejeté Dieu. Le fait que la Bible raconte certaines histoires (description) n’implique aucunement qu’elle commande de répéter les actions commises dans ces histoires (prescription).

Cependant, ce n’est pas le cas avec la conquête de la région de Canaan par les Israélites. Ce n’est pas simplement un récit écrit qui serait présenté comme une mauvaise chose, mais c’était prescrit… par Dieu ! :

Mais dans les villes de ces peuples dont l’Éternel, ton Dieu, te donne l’héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire. Car tu les voueras à l’interdit, les Hittites, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens et les Yebousiens, comme l’Éternel, ton Dieu, te l’a commandé… (Dt 20,16-17)

Pourquoi Dieu a-t-il commandé aux Israélites d’éliminer les Cananéens1À noter que cet article n’a pas comme but d’examiner l’historicité de cet événement par l’archéologie, mais simplement de répondre à la question sur le plan théologique, c’est-à-dire d’expliquer le raisonnement que Dieu a donné dans les Écritures pour expliquer une telle initiative ?

Parfois, certaines personnes sont scandalisées devant un grand mal commis par d’autres et elles demandent : “Si Dieu existe, comment peut-il laisser ce genre de choses arriver ?” J’ai déjà entendu une de mes connaissances dire : “Que Dieu fasse le ménage de cette terre pourrie ! Si tu existes, il est temps que cette planète soit nettoyée à fond !” Outre le fait comique qu’il s’agit d’une demande que Dieu se plie à nos sentiments du moment et à notre perspective limitée, je pense que cela illustre une corde sensible que nous partageons avec notre créateur : nous ne pouvons restés indifférents face à l’injustice et, à un certain point, la situation peut devenir tellement inacceptable qu’on se doit de réprimer le mal.

Ici, c’est ce que Dieu fait… il intervient pour arrêter le mal qui a atteint son comble. Selon le récit de la Genèse, c’est ce que Dieu dit à Abraham des centaines d’années avant cette conquête :

L’Éternel dit à Abram : “Sache que tes descendants [les Israélites] seront des immigrants dans un pays qui ne sera pas le leur [Egypte]. Ils y seront esclaves et on les maltraitera pendant quatre cents ans. Mais je jugerai la nation dont ils auront été les esclaves et ils sortiront ensuite avec de grands biens. (…) À la quatrième génération, ils reviendront ici [à Canaan] car c’est alors seulement que la déchéance morale des Amoréens [Cananéens] aura atteint son comble” (Gn 15,13-14.16).

Dieu juge à cause du niveau de mal commis. Il ne juge pas à cause d’une caractéristique liée à un groupe ethnique : leur langue, leur race, ni même leur religion. Ici, il faut faire une parenthèse importante ! C’est la différence entre la violence au nom de Dieu dans l’Ancien Testament et la violence au nom d’Allah justifiée par le Coran (Sourate 9, entre autres). D’un côté, le Dieu de l’Ancien Testament (1500 ans avant le Coran alors que Dieu commence encore à peine à éduquer l’humanité rebelle) appela exceptionnellement Israël à conquérir la terre promise et, par le même fait, châtier une nation très vautrée dans le mal. Plus tard, le même Dieu apportera l’humanité à un stade supérieur avec Jésus qui absorbe la violence à la croix et brise son cycle (dans le Nouveau Testament). De l’autre côté, le [faux] Dieu du Coran, quant à lui, incite à utiliser la force et la violence pour imposer la religion de l’Islam, comme moyen de répandre la religion. L’un pour châtier le mal, l’autre pour imposer la religion. Un monde de différences. Fin de la parenthèse.

Rappelons que Dieu, avant la conquête de Canaan (Jos 6), est déjà intervenu trois fois pour juger les êtres humains ou certains peuples :

  1. La terre entière avec le déluge où il sauva Noé et sa famille (Gn 6,5 – 9,29),
  2. Sodome et Gomorhe avec le feu du ciel où il sauva Loth et sa famille (Gn 18,16 – 19,29),
  3. L’Égypte avec les 10 plaies où il sauva les Israélites (Ex 3,1 – 15,21).

À chaque fois, la raison du jugement est la même : le mal commis dépasse les bornes (Gn 6,5, 18,20, Ex 2,23-25, 3,7-10). À chaque fois, Dieu agit directement par des miracles pour châtier. Nous n’avons pas de problème avec le fait que Dieu arrête lui-même le mal. Le problème, en ce qui concerne les Cananéens, c’est plutôt dans la façon qu’il s’y prend pour arrêter le mal… la différence entre ces trois premiers jugements et celui des Cananéens, c’est que Dieu utilise maintenant un peuple pour régler le cas d’un autre peuple.

On voit aussi, plus tard dans la Bible, que Dieu utilise aussi les autres nations pour châtier Israël à cause du mal qu’il commet en tant que nation (Dt 28,49-52). Cela va donc dans les deux sens : Dieu utilise le peuple élue (les Israélites) pour châtier les païens qui font le mal et Dieu utilise les païens pour châtier son peuple élue qui fait le mal. Dieu est juste et cohérent. Il châtie à cause de l’injustice, à cause du mal.

Peut-être direz-vous que le but de la mission de Dieu pour les Israélites à l’égard des Cananéens n’était pas le même que celui des autres nations (comme les Assyriens et les Babyloniens) à l’égard des Israélites, les premiers devant exterminer les Cananéens alors que les deuxièmes se contenteront de déporter le reste des Israélites. Cependant, Dieu ne demande pas aux Israélites de faire un génocide à l’égard des Cananéens en les exterminant de la surface de la terre, mais plutôt de les expulser de la surface du territoire que Dieu leur donne. Il s’agit donc plus de les chasser de la région et de les tuer s’ils résistent que de les pourchasser inlassablement jusqu’à ce qu’ils soient littéralement exterminés. Il y avait deux stratégies militaires en Israël : la première concernait la façon de traiter l’ennemis à l’intérieur de la terre promise et la deuxième concernait la façon de les traiter à l’extérieur de la terre promise (Dt 20,10-20). À l’intérieur, il faut éliminer toute influence païenne, mais à l’extérieur, il faut d’abord proposer la paix avec un traité.

Enfin, dans le passage du Deutéronome mentionné précédemment (où l’on voit que Dieu a donné l’ordre d’éliminer les Cananéens dans le territoire de la terre promise), on donne aussi une autre raison en lien avec le commandement. Israël doit chasser les Cananéens de la Terre Promise…

…afin qu’ils ne vous apprennent pas à imiter toutes les horreurs qu’ils font pour leurs dieux et à pécher contre l’Éternel, votre Dieu (Dt 20,18).

 


Notes post-publication : 

Dans le Livre de la Sagesse (écrit par un Juif d’Alexandrie environ 50 ans av. J.-C.), une description plus détaillée des pratiques perverties des Cananéens est donnée :

2 Aussi tu reprends progressivement les coupables et tu les avertis, leur rappelant en quoi ils pèchent, afin qu’ils renoncent au mal et qu’ils croient en toi, Seigneur. 3 Il en fut ainsi pour les anciens habitants de ta terre sainte 4 que tu avais pris en haine à cause de leurs pratiques détestables : œuvres de magie, rites impies, 5 meurtres cruels d’enfants, festin de chair et de sang humains où l’on mange jusqu’aux entrailles ; ces véritables initiés surpris en pleine orgie, 6 ces parents meurtriers d’êtres sans défense, tu avais voulu les faire périr par la main de nos pères… (Livre de la Sagesse 12,2-6, c.f. 12,2-14)

Dans ce même livre, l’accent est mis sur la châtiment progressif ayant comme but d’inciter au repentir (la terre promise a été conquise après une longue période de temps et même à la fin, il y avait encore des Cananéens) : “tu reprends progressivement les coupables” (12,2), “peu à peu” (12,8), “tu aurais pu… les détruire en un instant” (12,9), “mais en exerçant progressivement la justice, tu offrais une occasion de repentir” (12,10). Aussi, on y affirme que la toute-puissance de Dieu va main dans la main avec la justice, qu’il juge justement et que remettre en question le jugement de Dieu s’avérerait vouloir défendre le mal :

12 Qui donc en effet osera te dire : Qu’as-tu fait ? Qui s’opposera à ta décision ? Qui encore te citera en justice pour la ruine de peuples que tu as toi-même créés ? Qui viendra déposer contre toi comme défenseur d’hommes injustes ? 13 Il n’y a pas de Dieu en dehors de toi, qui prenne soin de tout, auquel tu devrais prouver que tu n’as pas jugé injustement. 14 Il n’y a non plus ni roi ni souverain qui puisse te braver pour défendre ceux que tu as châtiés. 15 Parce que tu es juste, tu gouvernes l’univers avec justice, et condamner un homme ne méritant pas d’être châtié te paraît incompatible avec ta puissance (Sagesse 12,12-15).

Références   [ + ]

1. À noter que cet article n’a pas comme but d’examiner l’historicité de cet événement par l’archéologie, mais simplement de répondre à la question sur le plan théologique, c’est-à-dire d’expliquer le raisonnement que Dieu a donné dans les Écritures pour expliquer une telle initiative

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeRequired fields are marked *

5 comments on “Pourquoi Dieu a-t-il commandé d’éliminer les Cananéens?

  1. Vous m'avez l'air vraiment coincés et ultra-dogmatiques sur ce site!

    En gros selon beaucoup de recherches archeologiques contemporaines, Israéliennes comprises, les premières sociétés Israélites furent issus principalement de certains des anciens Cananéens eux-mêmes, et l'hébreu est classé comme langue cananéenne, autant par Wikipédia que par un certain dictionnaire Français appelé Larousse… 🙂

    Je pense que la Bible est une compilation de plusieurs textes différents ayant été écrits par certains humains à des époques différentes, et que certes certains textes qu'on peut lire dedans sont vrais et voir aussi inspirés, mais que certains autres sont moins vrais, et que certains sont des textes racontant des légendes à buts symboliques…

    En outre, aux côtés des anciens Royaumes Israélites de Judée et d'Israël Samarie, issus donc je crois fort de Cananéens, il y avait entre autres l'ancien Royaume Cananéen Phénicien de Tyr en l'actuel Liban, issu donc lui aussi de Cananéens plus anciens, et qui allait beaucoup contribuer à donner l'Empire de Carthage…

    Et je suis certain que ADOCHEM n'a jamais ordonné aux Israélites de haïr les Cananéens en masses parce que Cananéens (d'autant que je crois bien fort que les premières sociétés Israélites furent donc issues principalement de certains des anciens Cananéens eux-mêmes…), ni même de haïr tous les Cananéens en masses en dehors des Israélites parce qu'étant des Cananéens non-Israélites, et qu'IL n'a jamais ordonné non plus à qui que ce soit de haïr des gens en masses parce qu'ayant certaines origines ou certaines autres origines […]!

  2. Et je pense qu'il y eut des fanatismes et des ignominies en divers endroits du Monde et en diverses époques, mais que c'est du gros n'importe quoi et de la diffamation de chercher à accuser certains anciens Cananéens en masses de certaines ignominies […]!

  3. Salut David,

    Premièrement, je t'encourage à éviter les étiquettes et insultes du genre "t'as l'air vraiment coincé et ultra-dogmatique" puisque ça s'apparente d'emblée au sophisme Ad Hominem (abusif). Ce n'est pas en rabaissant l'autre que tu feras passer ton point ici! C'est à vrai dire un vice intellectuel à éviter à tout prix car ça ne crée pas un climat propice au dialogue en toute humilité. C'est de l'arrogance! Fait attention à ça! Voir : http://sperron.blogspot.ca/2012/07/le-sophisme-ad-hominem-contre-lhomme.html

    Si tu trouves que je suis dogmatique, et bien définie le terme et démontre ensuite tes raisons de soutenir que je correspond à ta définition. L'étiquetage gratuit de noms indésirables comme ça, c'est de l'intimidation intellectuelle paresseuse!

    Deuxièmement, quelques mots sur cette pensée que tu as écrit : "IL n'a jamais ordonné non plus à qui que ce soit de haïr des gens en masses parce qu'ayant certaines origines ou certaines autres origines […]!" Qui a dit que Dieu a ordonné d'haïr des gens sur la base de leur origine? Ai-je dis cela? Est-ce que la Bible a dit cela? As-tu pris le temps de bien de lire mon article? Ta question semble démontrer que non car j'ai carrément écris le contraire dans mon article : "Dieu juge à cause du niveau de mal commis. Il ne juge pas à cause d'une caractéristique liée à un groupe ethnique."

  4. Dans les trois événements invoqués, à savoir: le déluge, Sodome et les dix plaies d’Égypte, ainsi que dans d’autres événements semblables, c’est Dieu lui-même, de façon surnaturelle, qui agit. Dieu ne se sert pas d’intermédiaires pécheurs pour extirper d’autres pécheurs.

    De plus, l’argument culpabilité ne tient pas la route à cause des enfants et des animaux, qui n’ont rien à voir là-dedans.

    Non. On n’a pas à justifier ce genre d’interprétation. Les textes bibliques, quoique inspirés, reflètent une mentalité spécifique (armée israélite = armée de YHWH Sabaoth).

  5. Albert Tekfarin Avr 1, 2018

    Bonjour,
    Récemment, un livre a été publié sur le peuple cananéen, sa terre légitime (Canaan), son extermination par les hébreux, son génocide, son exode et enfin sa diaspora qui subsiste encore aujourd’hui parmi Les Libanais, les Palestiniens et surtout parmi les Berbères d’Afrique du nord.
    Ce livre s’intitule “La diaspora cananéenne réclame Jérusalem et l’ensemble des provinces cananéennes”.
    Albert Tekfarin

Théophile © 2015