Les Juifs et les Grecs dans l’épître aux Romains

04/27/2012

L’un des buts de l’apôtre Paul dans l’épître aux Romains est de démontrer que Dieu ne fait pas de favoritisme entre les nations par rapport au salut. Le grand missionnaire explique que, depuis toujours, Dieu avait à coeur aussi les autres nations et non pas Israël seulement. En d’autres mots, tous sont égaux devant ses yeux. Ce jugement impartial de Dieu sera manifeste au jour du jugement, comme le dit Rm 2,9-11 :

Tribulation et angoisse pour toute âme humaine qui pratique le mal, pour le Juif premièrement puis, pour le Grec ! Gloire, honneur et paix pour quiconque pratique le bien, pour le Juif premièrement, puis pour le Grec ! Car auprès de Dieu, il n’y a pas de favoritisme.

Et si on parle des Juifs en utilisant la notion de priorité, c’est parce que Dieu s’est révélé spécifiquement à eux qu’ils seront premièrement tenu coupable ou louable. Aux autres, Dieu s’est aussi révélé, mais d’une autre façon : par l’entremise de la révélation naturelle.

Dans les premiers chapitres de ce livre biblique, Paul répond à une question que beaucoup de personnes se posaient au premier siècle : pourquoi, avant Jésus, Dieu a-t-il choisi un seul peuple (les Juifs) et que, maintenant, ce même Dieu veut se faire connaître à toutes les nations ? Dans l’Ancien Testament, Dieu se révèle seulement aux Juifs et soudainement dans le Nouveau Testament, Dieu désire se révéler à tous les peuples1L’expression “les grecs” étaient utilisés comme image pour toutes les autres nations, car à cette époque, la culture grecque s’avait imposée partout dans l’empire Romain ; les peuples avaient été “hellénisés”, c’est-à-dire entre autres que c’était la langue grecque qui était parlée par tous comme deuxième langue, comme un peu l’anglais pour nous aujourd’hui….

Il y a une autre question qui découle de la première : comment est-ce que Dieu jugera les païens, ceux qui n’ont pas eu les dix commandements, la loi de Moïse et toutes les révélations de Dieu par les prophètes ? Si Dieu ne leur fait pas connaître son existence et sa volonté, il ne serait pas justifier de juger les gens, car ceux-ci n’auraient pas connu la loi. Les policiers ne peuvent pas m’arrêter pour excès de vitesse s’il n’y a pas de limites de vitesse indiqués dans les rues.

L’apôtre Paul répond en deux temps :
  1. Chaque être humain devrait croire en l’existence d’un Dieu créateur, car Dieu se fait connaître à nous par la majesté de sa création (Rm 1,18-23). C’est comme s’il avait mis en nous une forte intuition spirituelle témoignant de son existence.
  2. Chaque être humain devrait connaître la volonté de Dieu concernant le bien, car Dieu a mis sa loi dans les coeurs de chacun. C’est notre conscience morale. C’est à partir de cette conscience qu’il jugera aussi les non-juifs à la fin des temps, eux qui n’avait pas l’Ancien Testament (Rm 2,12-16).
Bref, le but de Paul dans l’épître aux Romains, est de démontrer que Dieu n’avait pas le peuple Juif comme chouchou, qu’il n’avait pas oublié les autres nations, mais qu’il préparait plutôt la venue de Jésus-Christ par l’entremise du peuple Juif. Il désir mettre les Juifs et les non-Juifs sur un pied d’égalité devant Dieu en Jésus-Christ. Cela est manifeste avec la fin de l’exposition théologique de Paul en Rm 11,32 : « Dieu a enfermé tous les humains dans leur désobéissance2άπείθεια : aussi obstination, incroyance. pour faire miséricorde à tous3έλεέω : aoriste, avoir pitié, faire miséricorde à.. » Bref, en Romains, Paul démontre entre autres que Dieu a autant à coeur de sauver les Juifs que tous les autres autres peuples, car Dieu est juste, il ne fait pas de favoritisme.

Références   [ + ]

1. L’expression “les grecs” étaient utilisés comme image pour toutes les autres nations, car à cette époque, la culture grecque s’avait imposée partout dans l’empire Romain ; les peuples avaient été “hellénisés”, c’est-à-dire entre autres que c’était la langue grecque qui était parlée par tous comme deuxième langue, comme un peu l’anglais pour nous aujourd’hui…
2. άπείθεια : aussi obstination, incroyance.
3. έλεέω : aoriste, avoir pitié, faire miséricorde à.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeRequired fields are marked *

3 comments on “Les Juifs et les Grecs dans l’épître aux Romains

  1. Anonyme Avr 29, 2012

    J'aime bien ce post! 🙂

    Mais quelle est ta réponse à une question que tu as toi même posée : " Pourquoi dans l'Ancien Testament, Dieu se révèle seulement aux Juifs et soudainement dans le Nouveau Testament, Dieu désire se révéler à tous les peuples ?" ??

  2. Merci du commentaire! C'est vrai que je lance la question sans y répondre! En fait, j'y réponds un peu à la fin, mais de façon simpliste : "il préparait la venue de Jésus-Christ par le peuple Juif." Je vais faire un post pour offrir une réponse plus en profondeur!

  3. Anonyme Mai 2, 2012

    Merci beaucoup! Je vais attendre ton prochain post… 😉

Théophile © 2015