Christianisme vs Islam : un Dieu d’amour

12/15/2014

Il est intéressant de voir que le Coran, comme la Bible, affirme qu’Allah est un Dieu qui aime (Sourate 11,90, 85,14). Cependant, quand on examine l’ensemble des textes de près, une différence assez importante émerge entre la notion d’amour d’Allah et celle du Dieu biblique. Considérons quelques passages coraniques avant de faire de même avec le Nouveau Testament.

  • Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. Dis: “Obéissez à Allah et au Messager. Et si vous tournez le dos… alors Allah n’aime pas les infidèles!” (Sourate 3,31-32)
  • “Celui qui aura mécru subira les conséquences de son infidélité. Et quiconque aura œuvré en bien… C’est pour eux-mêmes qu’ils préparent leur avenir afin qu’Allah récompense par sa grâce ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres. En vérité, il n’aime pas les infidèles” (Sourate 9,44-45).
  • “Et au jour de la résurrection, chacun d’eux se rendra seul auprès de Lui. À ceux qui croient et font de bonnes œuvres, le Tout Miséricordieux accordera son amour” (Sourate 19,95-96).

Ces versets démontrent que l’amour d’Allah est conditionnel. Dans la mesure où on répond à ses critères, il aimera en retour. Pour mériter l’amour d’Allah, nous devons d’abord l’aimer, croire en Mohammed, être fidèles, faire de bonnes oeuvres, etc. Si toutes ces conditions et d’autres1Voir Farid Mahally, A study of the word “love” in the Qur’an, [http://www.answering-islam.org/Quran/Themes/love.htm] (consulté le 14 décembre 2014). sont remplies, alors Allah nous aimera. Chose certaine, Allah n’aime pas ses ennemis c’est-à-dire les incroyants, les infidèles.

Le Dieu de la Bible, au contraire, est animé d’un amour inconditionnel. Il aime l’humanité même si celle-ci ne l’aime pas : “Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous” (Romains 5,8). En Jean 3,16, on voit que Dieu a tellement aimé le monde entier qu’il a envoyé son Fils pour offrir à tous la possibilité d’être sauvé par lui. En 1 Jean 4,7-21, l’apôtre affirme deux fois que “Dieu est amour” (v. 8, 16) tout en rappelant la logique chrétienne selon laquelle “nous l’aimons car il nous a aimé le premier” (v. 19).

En fait, Jésus trouverait le concept de Dieu que Mohammed a enseigné très humain :

“Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même ? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même ?” (Matthieu 5,46-47)

Il y a une différence cruciale ici ! Si on compare la conception de Dieu que Jésus et Mohammed ont présentées, celles-ci semblent complètement opposées. Et, personnellement, celle de Jésus m’apparaît beaucoup plus extraordinaire et digne de Dieu…

Est-ce qu’une mère et un père devraient aimer leur enfant seulement si l’enfant les aime en retour ? Est-ce à l’enfant à susciter l’amour dans sa relation avec sa mère ou à sa mère à susciter l’amour dans leur relation avec l’enfant ? Dans l’Islam, c’est les humains (les enfants en quelque sorte) qui apprennent à Dieu (le parent) comment aimer : Si nous l’aimons, il nous aimera en retour (Sourate 3,31-32). Mais dans le christianisme, nous réalisons (les enfants) en quoi consiste le véritable amour grâce à ce que Dieu (le parent) a fait pour nous alors que nous étions encore des pécheurs.

Mohammed présente un amour divin inaccessible, car conditionnel à l’accomplissement des critères divins. Jésus présente un amour divin gratuit et accessible à tous, amour qui nous pousse ensuite à vouloir tendre vers les critères divins, toujours assurés de sa pleine acceptation même dans notre imperfection. Quelle différence !

Références   [ + ]

1. Voir Farid Mahally, A study of the word “love” in the Qur’an, [http://www.answering-islam.org/Quran/Themes/love.htm] (consulté le 14 décembre 2014).

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeRequired fields are marked *

2 comments on “Christianisme vs Islam : un Dieu d’amour

  1. Eva tennfjord Jan 29, 2017

    Mais n’est-ce pas ainsi que dans le christianisme seuls ceux qui croient en Jésus, ceux qui acceptent qu’Il prend sur Lui nos péchés, seront “sauvés”? N’est-ce pas ceci une condition? Et pourquoi est-ce que Dieu a besoin de sacrifier Jesus pour pouvoir ainsi pardonner les pécheurs? Si Dieu a un amour inconditionnel, il aime tout le monde, pécheurs ou non, sans condition. Et, de plus, Jésus va revenir pour juger l’humanité, ceux qui iront au paradis et les autres qui iront en enfer. Est-ce que ceci est un amour INCONDITIONNEL?!

    • Salut Eva,

      Tu poses de très bonnes questions! Je vais y répondre de façon ordonnée…

      1 – Mais n’est-ce pas ainsi que dans le christianisme seuls ceux qui croient en Jésus, ceux qui acceptent qu’Il prend sur Lui nos péchés, seront « sauvés » ? N’est-ce pas une condition ?

      Ce n’est pas parce que Dieu nous aime inconditionnellement, qu’il nous sauve inconditionnellement. Dieu respecte notre libre choix. Dieu ne serait pas amour s’il nous forçait à vivre éternellement avec lui si nous ne voulons pas. Donc l’amour de Dieu est inconditionnel dans le sens qu’il offre à tout le monde la possibilité d’être sauvé par Jésus, mais l’accomplissement de ce salut est conditionnel dans le sens que nous devons l’accepter pour qu’il se réalise. Autrement dit, la disposition bienveillante de Dieu à notre égard ne dépend pas de nous, mais ultimement sa bienveillance doit être acceptée pour que le bienfait soit effectif. C’est comme un sauveteur qui lance à tout le monde des bouées de sauvetage (il veut le bien de tous et ne leur demande pas de faire x nombre de choses avant de la lancer). Mais c’est à chacun de décider s’ils veulent son aide ou pas, s’ils veulent s’agripper à la bouée ou non. On ne doit pas se qualifier pour que l’offre de salut soit accessible. Mais on doit dire oui pour qu’elle s’applique.

      2 – Et pourquoi est- ce que Dieu a besoin de sacrifier Jesus pour pouvoir ainsi pardonner les pécheurs?

      Car l’amour n’est pas la seule caractéristique de la nature de Dieu. Dieu est aussi justice. Dieu est aussi parfait (saint). Ces différentes caractéristiques de Dieu le pousse dans un dilemme. Selon sa justice, nous devons mourir afin de payer pour nos péchés. Il ne peut pas simplement laisser les péchés impunis, simplement dire “je pardonne, on oublis ça” et rester un Dieu juste (Voir Jérémie 30.11, 46.28). Mais selon son amour, il ne veut pas ça, car il souhaite que nous vivions éternellement avec lui. Dans son amour, il a donc pourvu à un moyen de satisfaire sa justice et, en même temps, de nous éviter le châtiment éternel qu’on mérite. Ce moyen, c’est Jésus, le Juste qui meure pour les injustes, qui prends nos péchés sur lui comme tu dis. Donc ultimement, il y a deux chemins : 1) on rejette l’amour de Dieu et on fait face à sa justice soi-même ce qui mène à la mort éternelle; 2) on accepte son amour manifesté en Jésus et ce dernier devient notre justice devant Dieu ce qui mène à la vie éternelle.

      3 – Et de plus Jésus va revenir pour juger l’humanité, ceux qui iront au paradis et les autres en enfer. Est- ce que ceci est un amour INCONDITIONNEL?

      J’ai répondu en bonne partie à cette question au point 1. L’amour est inconditionnel dans le sens qu’il offre à tous d’être sauvé gratuitement par la foi en Jésus. Mais son amour, offert à tous sans condition, peut être rejeté. Dieu n’impose pas son amour. Dieu n’impose pas le paradis ou la communion avec lui. L’offre est inconditionnel : on n’a pas besoin de remplir tel ou tel critère pour susciter en lui une disposition bienveillante à notre égard. Il est déjà bien disposé à notre égard. Il offre à tous la vie éternelle. Mais l’acceptation de cette offre dépend de la réponse des hommes. Et s’ils la rejette, Dieu donnera aux hommes ce qu’ils auront voulu : un sort sans lui. C’est-à-dire un jugement sans pardon et une vie éternelle sans lui. L’amour de Dieu n’est donc pas incompatible avec la justice de Dieu.

Théophile © 2015