La fin des temps : résurrection universelle

10/24/2011

Le deuxième évènement qui arrivera dans la fin des temps, selon la Bible, est la résurrection des morts. Lors de la première mort, le corps humain est détruit, il cesse de vivre, mais il y a survie de l’âme. Autrement dit, lors du décès, l’âme (ou l’esprit) d’une personne va temporairement soit dans la présence de Dieu (le paradis) ou dans le séjour des morts. Jusqu’à la résurrection des morts, les gens sont dans un de ces lieux, dans un état désincarné, c’est-à-dire qu’ils sont des esprits sans corps. La résurrection universelle sera le moment où Dieu redonnera un corps physique à toute personne qui a décédée dans l’histoire de l’humanité.

Parfois, la Bible relie résurrection et transformation des corps. Cette transformation du corps ressuscité est décrite seulement en relation avec les chrétiens. Ces corps glorifiés seront différents de la constitution actuelle des corps humains non pas dans leur matérialité (nous ne serons pas des fantômes, désincarnés), mais dans leur qualité spirituelle. La nouvelle qualité spirituelle qui animera les corps ressuscités impliquera une inclinaison vers le bien, le beau et le bon plutôt que vers le mal et l’égoïsme. La résurrection rime donc avec l’élimination de la nature pécheresse et ses conséquences comme la mortalité (1 Co 15,35-58).

Le tout premier écrit chrétien qui est apparu dans l’histoire, 1 Thessaloniciens (écrit en l’an 51), traite de cette question fondamentale de la résurrection comme fondement de l’espérance chrétienne. En 1 Th 4,15-16, on peut lire :

Voici, en effet, ce que nous vous déclarons, d’après une parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui se sont endormis [c-à-d. ceux qui sont morts]. Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel et les morts en Christ ressusciteront en premier lieu.

Ce passage affirme clairement que ce qui suit immédiatement avec la [deuxième] venue de Jésus est “premièrement” la résurrection. Il est intéressant de remarquer que Paul parle strictement ici des “morts en Christ”. Ce “premièrement” appliqué ici à ceux qui sont “morts en Christ” sous-entend-il une distinction entre la résurrection des chrétiens et celle des non-chrétiens ? Paul ne parle-t-il pas ailleurs, d’une résurrection universelle, des croyants et des non-croyants ? Non. En fait, si nous n’avions que les lettres de l’apôtre Paul, nous conclurions que seulement les chrétiens ressusciteront, car il relie toujours la résurrection eschatologique à l’espérance chrétienne comme il le fait deux versets avant la citation précédente : “Car, si nous croyons que Jésus est mort et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts” (1 Th 4,14). L’expression “par Jésus et avec lui” démontre que Paul a seulement les chrétiens en vue ici.

Un deuxième texte néotestamentaire important sur le thème de la résurrection eschatologique est 1 Co 15,20-26 :

“20 Mais maintenant, Christ est ressuscité d’entre les morts, il est les prémices de ceux qui sont décédés. 21 Car, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts. 22 Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, 23 mais chacun en son rang : Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent au Christ, lors de son avènement. 24 Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir anéanti toute principauté, tout pouvoir et toute puissance. 25 Car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. 26 Le dernier ennemi qui sera anéanti, c’est la mort.”

Ce texte va dans le même sens que 1 Th, à savoir que ce sont “ceux qui appartiennent à Christ” (v. 23) qui seront ressuscités à la fin de l’histoire humaine. Cependant, immédiatement après le v. 23, Paul décrit la Fin avec un grand “F”, où il détruit les puissances des ténèbres. À quoi fait référence l’expression “principauté, pouvoir, puissance” ? En 1 Co 2,6-8 Paul parle “des chefs de ce siècle, qui vont être anéantis”. D’après la majorité des biblistes, “ces chefs sont aussi bien les autorités politiques de l’empire que ces mystérieuses forces du mal qui peuplent les airs et inspirent l’agir délétère de leurs serviteurs terrestres1André Myre, Pour l’avenir du monde : la résurrection revisitée, Québec, Fides, 2007, p. 142..” L’anéantissement de toute “principauté, pouvoir, puissance” en 1 Co 15,24, après la résurrection des croyants, même si l’on postule qu’il s’agit de la destruction des esprits rebels à Dieu et des humains impies, peut supposer ou pas l’idée d’une résurrection universelle. Il se peut que Paul ait un scénario semblable à 2 Th 1,6-9 et 2 Th 2,8 où Christ châtie les impies qui habitent encore sur la terre au moment de son retour. Bref, rien chez Paul n’indique une résurrection universelle. Au contraire, la résurrection est toujours le privilège des croyants, privilège dont la portée est difficile comme l’indique Ph 3,8-11 : “j’ai renoncé à tout… afin de gagner Christ… afin de connaître Christ et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts.”

Enfin, Ap 20,4-6.13-15 innove : la résurrection eschatologique se fait en deux temps et la deuxième inclut tout être humain :

4. Et je vis des trônes et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans. 5. Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. C’est la première résurrection. 6. Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux, mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ et ils régneront avec lui pendant mille ans. (…) 13 La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux ; et chacun fut jugé selon ses oeuvres. 14 Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu. C’est la seconde mort, l’étang de feu. 15 Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu.

Le v. 4 soutient que les chrétiens seront ressuscités en premier lieu. Cette résurrection des chrétiens est la première résurrection et elle implique l’exemption du châtiment eschatologique. Plus tard, après un règne de Christ (interprété différemment par les amillénaristes, postmillénaristes et prémillénaristes), la résurrection et la condamnation du reste de l’humanité se fera. Selon l’auteur d’Apocalypse, tous les êtres humains dans l’histoire reviendront à la vie dans un corps physique. Que ce soit “l’étang de feu” (symbole d’annihilation, de terminaison complète d’une réalité ?) ou “la nouvelle Jérusalem”, la réalité ultime en sera une, non seulement spirituelle, mais aussi physique, concrète, corporelle.

Références   [ + ]

1. André Myre, Pour l’avenir du monde : la résurrection revisitée, Québec, Fides, 2007, p. 142.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeRequired fields are marked *

Théophile © 2015