La raison est-elle incompatible avec la foi?

09/11/2012

“Si on soumet tout à la raison, notre religion n’aura rien de mystérieux et de surnaturel. Si on choque les principes de la raison, notre religion sera absurde et ridicule1Philippe Sellier, Pascal : Textes choisis et présentés par Philippe Sellier, Lonrai, Points, 2009, p. 134..” -Blaise Pascal-

Lorsque l’on réfléchit sur le rapport entre la foi et la raison, je pense que cette citation de Blaise Pascal sert de garde-fous pour ne pas tomber dans un extrême ou dans l’autre, à savoir d’idolâtrer ou de mépriser la raison. Tous ceux qui ne parlent pas de la raison en lien avec la foi de façon équilibrée sont dans l’erreur selon moi.

La foi est basée, en partie, sur la raison qui sert de guide dans la recherche de la vérité.

Pour mieux comprendre le concept de la foi, il est utile d’employer un de ses synonymes : la confiance. Avoir la foi, c’est avoir confiance en quelqu’un. Pourquoi apprend-on aux enfants à ne pas faire confiance aux inconnus? Parce que nous n’avons pas de bonnes raisons de mettre notre foi en eux. Le christianisme respecte ce principe élémentaire. Peut-être que certains chrétiens ne le comprennent pas, mais le Christ lui fonctionnait avec ce principe…

Lorsque Jésus dit : “Croyez-moi, je suis dans le Père et le Père est en moi. Croyez du moins à cause de ces oeuvres.” (Jean 14:11), Jésus faisait alors appel à la raison de ses disciples afin qu’ils mettent leur foi en lui. Jésus espère susciter dans leur esprit un raisonnement logique qui vise à les amener à la conclusion qu’il vient vraiment de Dieu et qu’ils devraient croire ce qu’il est en train de leur dire. Dieu seul peut faire des miracles (le mot ‘oeuvres’ dans le contexte du verset cité doit être compris comme miracles). Jésus fait des miracles. Donc les miracles que Jésus a fait témoignent que Dieu est avec lui et qu’il l’approuve comme messager de Dieu. Je pourrais énumérer une liste extrêmement longue de versets où l’on tente de satisfaire la raison pour convaincre que le christianisme est la vérité.

Si la foi et la raison était réellement incompatibles, imaginez l’absurdité à laquelle nous serions forcée d’aller pour soutenir un tel point de vue : puisque la foi et la raison sont incompatibles, il s’ensuit donc que moins nous avons de raisons de croire en quelqu’un et que nous y croyons quand même, plus notre foi est grande. Dans cette perspective, si demain matin vous croiseriez un schizophrène qui prétend être un prophète de Dieu, votre théologie devrait vous dicter de croire en lui. En fait, si vraiment vous pensez que la foi aveugle est la foi pure, vous devriez croire sur le champs n’importe qui qui vous dirait n’importe quoi sur Dieu et vous seriez ballottés au gré des vents. Dès que vous vous dites “Non, je ne devrais pas croire en cette personne parce que…” vous tomber dans le domaine de la raison.

Et cette absurdité résulte seulement si vous dites que foi et raison sont incompatibles. Si vous allez plus loins et que vous dites que ces deux facultés sont contraires, l’absurdité devient encore plus grave : plus nous aurions des raisons de ne pas croire en quelqu’un, plus nous devrions croire en lui. Cela reviendrait à demander à des jurés, par exemple, que plus les preuves à la cours de justice abondent contre tel accusé, plus on devrait croire qu’il est innocent.

Si la raison n’avait pas sa place dans la foi, nous ne serions pas plus justifiés de mettre notre confiance en Jésus qu’en Bouddha par exemple!

Cela étant dit, j’aimerais souligner d’autres points importants sur le même sujet qui feront peut-être l’objet de postes futurs :
– La raison elle-même est basée sur la foi.
– Le plus grand obstacle à la foi n’est pas la raison, mais le coeur qui est mauvais.

Références   [ + ]

1. Philippe Sellier, Pascal : Textes choisis et présentés par Philippe Sellier, Lonrai, Points, 2009, p. 134.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeRequired fields are marked *

Théophile © 2015