L’amour de Dieu à la rescousse du couple!

06/03/2012

Le tout premier livre que j’ai lu au complet dans ma vie fut « Artisan de son mariage » de Larry Crabb, un conseiller conjugal chrétien. J’ai lu ce livre avant de me marier et je suis persuadé qu’il m’a grandement aidé non seulement dans ma relation de couple, mais dans toutes mes relations. Dans ce livre, l’auteur affirme que tous les êtres humains ont deux besoins fondamentaux. Le premier est celui d’être aimé c’est-à-dire qu’il aspire profondément être accepté et apprécié pour qui il est (qu’on se préoccupe de nous). Le deuxième besoin est celui d’être important de faire la différence dans la vie de quelqu’un (qu’on reconnaisse notre contribution).

Le point principal de l’auteur était celui-ci : la plupart des gens voit le couple comme un moyen de répondre à ses propres besoins fondamentaux et sont inévitablement déçus un jour ou l’autre. De cette déception résulte des murs qui se construits entre l’homme et la femme et un cercle vicieux s’installe. Voici un exemple qui illustre bien le cercle vicieux qui peut s’installer dans le couple lorsque les besoins ne sont pas rencontrer de part et d’autre  :

Un homme dans la quarantaine se confiait à moi en se plaignant de sa femme : elle était distante, colérique et le contredisait sans cesse. Je l’interrompis dans cette liste interminable de défauts : ‘Il semble que, pour vous, les manquements de votre femme justifient votre attitude critique à son égard. Pourtant, la Bible vous demande d’aimer votre femme, même si elle est très désagréable, de la même façon que Christ aime son peuple.’ Il était sceptique. ‘C’est vrai, je suis sensé l’aimer! Mais moi aussi, j’ai besoin d’un peu d’amour et de respect! Elle ne cesse de me critiquer, elle me fait la tête et vous voudriez que je l’aime! Qui répondra à mes besoins?’ (p. 27)

L’auteur poursuit en démontrant bien le cul-de-sac relationnel : « Imaginez le dilemme du conseiller conjugal. Supposez qu’il aille dire à la femme d’exprimer plus d’amour à son mari. Elle lui répondrait : ‘Moi aussi, j’ai des besoins. Je ne me sens pas aimée non plus. Qui répondra à MES besoins d’amour et d’affection? » (p. 28)

Les 150 pages suivantes visent à répondre à cette question de la femme et de l’homme. Qui répondra à leurs besoins d’amour? Permettez-moi de résumer avec une simplicité extrême la réponse de M. Crabb par l’entremise d’un verset : « À ceci, nous avons connu l’amour : c’est qu’il a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères. » (1 Jean 3,16)

Jésus-Christ répondra à nos besoins d’amour et d’importance. Par la foi en lui, en son sacrifice à la croix, notre besoin d’amour est comblé! Nous sommes aimés, c’est un fait accomplis et prouvé il y a 2000 ans! La Bible affirme que « Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. » (Romains 5,8)

Peut-être que nous ne le ressentons pas, mais si nous nous arrêtons vraiment pour réfléchir à ces vérités bibliques, si nous y croyons de tout notre coeur, nous trouverons la force par son Esprit de briser ces cercles vicieux relationnels. Non seulement nous pouvons y croire par la foi, mais la Bible affirme aussi concernant les chrétiens que « l’amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. » (Romains 5,5)

Et ce qui est le plus merveilleux, c’est que si par la foi en Christ, nous prenons l’initiative de manifester son amour envers l’autre, ce dernier finira tôt ou tard aussi à recommencer à aimer. Et avec le temps, non seulement nous saurons que nous sommes aimés par Dieu, mais nous le ressentirons aussi par l’entremise, dans ce cas, de notre conjoint ou conjointe. Ce livre nous apprends a cesser de voir l’autre comme le moyen ultime de remplir nos besoins et, de l’autre côté, il nous incite à se voir soi-même comme un outil dans les mains de Dieu pour combler l’autre. Ce n’est qu’en faisant cela qu’un couple s’épanouira.

Une mise en garde prévaut ici : on peut commettre une erreur opposée à celle de dépendre complètement des autres pour remplir nos besoins. L’erreur opposée est celle où l’on prétend que nos relations avec les autres ne nous affectent pas du tout. Ce n’est pas vrai. L’évitement et le déni n’aideront pas à restaurer la relation. Bref, il est important d’écouter ses émotions, verbaliser ses blessures, puiser la force en Christ pour pardonner afin, si possible, d’aller de l’avant et manifester l’amour pour briser le cercle vicieux. Mari, ça peut commencer par une fleur. Femme, ça peut commencer par un compliment. Avec le temps, les sentiments peuvent redevenir positifs…

Enfin, je tiens à préciser que, dans certains cas, je crois que ce qui vient d’être écrit ne suffira pas pour restaurer un couple car une situation d’abus ou de négligence persiste d’un côté. Je ne prétends donc pas avoir la solution miracle à tout et j’invite les personnes qui vivent des problèmes persistants à consulter des psychologues, conseillers conjugaux et pasteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeRequired fields are marked *

Théophile © 2015