4. La neuropsychologie La neuropsychologie est le domaine de la neuroscience qui s’intéresse aux “relations normales entre le cerveau et les comportements, ainsi que les changements qui surviennent lorsqu’un problème médical ou psychiatrique affecte le fonctionnement du cerveau1Association québécoise des neuropsychologues, “Travail du neuropsychologue”, [http://aqnp.ca/la-neuropsychologie/le-neuropsychologue/travail-du-neuropsychologue/] (consulté le 20 mars 2018)..” Dans cet article, je considère deux applications reliées à ce domaine et les questions éthiques qui peuvent en découler. 4.1. Exemple de neuropsychologie : comprendre les personnalités Les neurosciences sont de plus en plus appelées…

Dans l’article précédent, j’ai considéré deux emplois controversés reliés à la neuroimagerie, et suggéré quelques pistes théologiques pour repenser ces débats. Je continue ici le dialogue entre bioéthique et théologie avec le deuxième volet des neurosciences mentionnés en introduction, la neuropharmacologie. 2. Une réflexion théologique sur les enjeux de la neuropharmacologie 2.1. Les visées thérapeutiques de la neuropharmacologie “La neuropharmalogie peut simplement être définie comme l’étude des médicaments qui affectent les tissus nerveux1Jack R. Cooper, Floyd E. Bloom et Robert H. Roth, The biochemical basis…

Imaginez qu’une voyageuse, dans les Rocheuses [de l’Ouest canadien], découvre un paysage magnifique avec des montagnes dont les sommets sont couverts de neige. Elle peut se dire : « Ah! Un beau décor pour une carte postale! » Puis elle prend sa caméra et immortalise la scène. Il s’agirait là d’une utilisation de la beauté des montagnes pour une fin pratique spécifique. Si, cependant, elle disait simplement : « Ahhh! » comme l’expression qu’elle savoure la beauté autour d’elle, son rapport au paysage n’en serait pas un utilitariste. Elle valoriserait le paysage pour lui-même1Clifford Williams. 2002….

La soif de savoir offre à l’homme la possibilité d’agir sur le monde, de le façonner et d’élargir son champ de vision. D’ailleurs la liberté de chercher ne constitue-t-elle pas pour Augustin « la première des libertés »? Cette quête doit cependant être axée sur la recherche de la vérité. Car l’attrait qu’exerce chez l’homme le pouvoir de la raison et de l’intellect peut, s’il y succombe, l’amener à vouloir se passer de Dieu. Et même s’il loue dans « De vera religione » le plaisir immédiat de savoir et la joie instinctive…

Lao-Tseu est le fondateur du taoïsme, l’une des trois principales religions en Chine (le bouddhisme et le confucianisme étant les deux autres). Il est intéressant que contrairement au bouddhisme et au confucianisme, “la doctrine de Lao-Tseu est résolument monothéiste” (Liou Kia-Hway, p.7), c’est-à-dire que Lao-Tseu croyait en l’existence d’un seul Dieu qu’il nommait Tao. Ce sage chinois vécu de 570 à 490 ce qui fait de lui un contemporain de Confucius (551 à 479). Suite à la lecture de Tao-tö King, le principal livre contenant…

“Je veux dire qu’au coeur même de cette modernité sécularisée, que nous croyons agnostique et même agressivement anti-chrétienne – du moins en France -, la trace chrétienne est plus présente que je ne l’imaginais. Je ne cacherai pas que cette découverte a été un vrai choc. Une remarque de René Girard me revient aujourd’hui en mémoire : ‘C’est ce qui reste de chrétien en elles qui empêchent les sociétés modernes d’exploser.’ (…) La plupart des convictions auxquelles nous adhérons spontanément, celles qui sont inscrites dans la Déclaration…

La dernière des trois grandes perspectives chrétiennes concernant les prises de décision et la volonté de Dieu est celui de la sagesse. Dans cet article, je résume et critique la position de Gary Friesen telle que présentée dans le fameux livre “How Then Should We Choose”.  “Sagesse” (Position #3/3)Avant de présenter son propre modèle, Garry Friesen fait un peu de déconstruction. Il commence par préciser qu’il existe seulement deux sortes de volonté divine dans la Bible : la volonté morale et la volonté souveraine. Selon…

“Il y a plus de joie apaisante contenue dans cinq minutes d’adoration qu’il y en a dans cinq nuits d’amusement. Personne n’a jamais adoré Dieu pour ensuite sortir et mettre fin à ses jours en conséquence de cette adoration. Par contre, plus d’un homme s’est enlevé la vie parce qu’il s’était usé en recherchant le plaisir à tout prix.“ -A.W. Tozer-(Quand il sera venu, 1990, p.26)

Le tout premier livre que j’ai lu au complet dans ma vie fut « Artisan de son mariage » de Larry Crabb, un conseiller conjugal chrétien. J’ai lu ce livre avant de me marier et je suis persuadé qu’il m’a grandement aidé non seulement dans ma relation de couple, mais dans toutes mes relations. Dans ce livre, l’auteur affirme que tous les êtres humains ont deux besoins fondamentaux. Le premier est celui d’être aimé c’est-à-dire qu’il aspire profondément être accepté et apprécié pour qui il…

La vie éternelle consiste dans le parfait rassasiement du désir de l’homme. Chacun des bienheureux, en effet, possédera au ciel ce bien au-delà de ce qu’il aura désiré et espéré ici-bas. La raison en est que personne ne peut en cette vie satisfaire pleinement son désir et que nulle chose créée ne peut combler le désir de l’homme. Dieu seul peut le rassasier totalement et même le surpasser infiniment. C’est pourquoi l’homme ne trouve son repos qu’en Dieu, comme le dit Saint Augustin : ‘Tu…