Il y a quelque chose dans l’engagement d’une église à l’oeuvre missionnaire qui confère enthousiasme et vitalité à tous les autres aspects de son ministère. (…) c’est lorsque les congrégations, ainsi que chacun des croyants, accordent la priorité aux choses que Dieu met en premier qu’elles sont bénies. -Keith Bailey- (Pour faire revenir le Roi, 1984, p.49-50)

J’ai récemment lu le livre “Pour une théologie de la non-violence” de Jean-François Beaudet, un livre qui remonte à 1989, mais combien encore actuel! Dans son livre, il tente d’éveiller ses lecteurs aux exterminismes modernes qui menace l’humanité. Il en pointe trois : – La course aux armements nucléaires, – La pauvreté/misère des pays du Sud, – La destruction de l’environnement à cause du système industrialiste. 21 ans plus tard, une voix de plus en plus forte se lève en Occident afin de nous sensibiliser…

Je pense que l’apôtre Paul a fort probablement eut une influence dans la pensée du philosophe stoïcien Épictète. Ces deux personnes qu’a retenu l’histoire ont vécu à la même époque et dans le même empire. On situe généralement la vie du grand missionnaire entre -10 et 65 après Jésus-Christ tandis que le philosophe aurait vécu entre 55 et 135 soit une génération après. Dans les deux citations de ces deux penseurs, les parallèles sont nombreux… Apôtre Paul aux Romains (1,18-21) La colère de Dieu se révèle…