Repenser l’enfer : la justice de Dieu

05/20/2018

La perspective classique de l’enfer, qui postule des tourments éternels comme châtiment eschatologique, souffre d’un problème évident quant à la notion de justice : pourquoi Dieu maintiendrait-il des personnes dans de telles souffrances psychologiques et physiques pour toujours alors qu’ils ont commis un nombre limité de fautes ? Comment un tel concept peut-il être compatible avec le Dieu de la Bible qui ne “prend pas plaisir à la mort du méchant” (Ez 33,11) ? Le châtiment n’est-il pas disproportionné par rapport au crime ? Infiniment disproportionné ? Pour contrer cette objection, les traditionalistes ont trois réfutations :

  • Pécher contre un Dieu infinie en valeur demande un châtiment infinie.
  • Les personnes en enfer continueront à pécher sans arrêt ce qui demande un châtiment continue.
  • Il faut laisser Dieu être Dieu : la justice de Dieu dépasse notre entendement.

Dans cet article, j’examine le premier de ces trois points.

Pécher contre un Dieu infini, un châtiment infini ?

Dans le livre Four Views on Hell, Denny Burk propose une illustration pour faire comprendre que la gravité d’une action dépend de la dignité de l’être contre qui l’offense est dirigée1Denny Burk et al., Four Views on Hell, Grand Rapids MI, Zondervan, 2016, p. 18-19.. Si une personne arrache les jambes d’une sauterelle, allons-nous intervenir ? Et si c’était une grenouille ? Que ferions-nous si c’était un oiseau ? Un chiot ? Un bébé humain ? À un certain point (la maltraitance de l’oiseau et du chiot), nous appellerions probablement la police alors que dans le cas du bambin, nous interviendrions tout de suite :

Nous réagissons différemment parce que la gravité du péché n’est pas mesurée par le péché seulement (enlever les jambes), mais par la valeur et la dignité de l’être contre qui nous péchons. Plus la créature est noble et plus elle possède de la valeur, plus atroce et répréhensible est l’assaut contre la créature. Il y a un monde de différence entre une sauterelle et un bébé. (…) C’est le principe théologique sous-jacent [à la perspective classique]. La gravité du péché – et donc le châtiment du péché – n’est pas mesuré seulement par le péché lui-même, mais par la valeur et la dignité de l’être contre qui l’on pèche2Denny Burk et al., Four Views on Hell, p. 19..

Il y a deux problèmes avec cet argument.

1. Un argument philosophique médiéval non-biblique

Cet argument provient de la philosophie d’Anselme et ne trouve aucun appui dans la Bible. “L’argument d’Anselme reflète la loi féodale de son époque qui mesurait le degré de culpabilité et de châtiment par le statut relatif de la victime et du coupable3Edward W. Fudge, Hell : A Final Word, Abilene, Leafwood, 2012, p. 156..” À son époque, voler un paysan était passible d’une sentence moins grave que de voler la même chose à un seigneur ou à un aristocrate. La question qui tue cet argument est celle-ci : où, dans les Écritures, trouve-t-on l’idée qu’un châtiment doit être proportionnel à la dignité de l’être contre qui on pèche ? Nulle part ! Que ce soit entre les humains comme au temps d’Anselme ou contre Dieu, on ne trouvera pas cette notion dans les Écritures. En fait, deux notions bibliques surabondamment attestées vont à l’encontre de ce raisonnement.

Premièrement, la Bible affirme systématiquement que pécher contre Dieu implique de mourir (dans le sens concret du terme) et non d’être tourmenté éternellement. La mort doit être comprise comme la cessation de la vie, de l’existence. Ce raisonnement, tellement fondamentale, est présent partout dans les Écritures.

En Ex 32,33, Dieu dit à Moïse : “c’est celui qui a péché contre moi que j’effacerai de mon livre. » Le livre de la vie est un registre qui était tenue par la plupart des villes du Proche-Orient ancien et dans lequel ont écrivait le nom de chaque résident. À la mort de celui-ci, on effaçait son nom. Dieu dit donc qu’il enlèvera la vie à ceux et celles qui pèchent contre lui et non qu’il les tourmentera à l’infini.

Au Ps 130,3, le roi David demande au Seigneur dans sa prière : “Si tu gardais le souvenir des fautes, Éternel, Seigneur, qui pourrait tenir debout4LXX Ps 129,3 : τίς ὑποστήσεται; = “qui tiendra debout ?” ; Le TM utilise amad qui a aussi le sens littéral de “tenir debout”. ?” L’idiome “tenir debout” signifie “continuer à vivre, à exister” ce qui explique que la majorité des traducteurs rendent la question du psalmiste par “qui pourrait subsister5COL, LS, LS21 et NEG : “qui pourrait subsister ?” ; TOB, JER et SEM : “qui subsistera ?” ; BFC : “qui pourrait survivre ?” ; NBS : “qui pourrait tenir debout ?” ; PDV : “qui pourra tenir debout ?” ?” C’est le propre des vivants que de pouvoir se tenir debout. Les morts “tombent” et ils demeurent couchés dans la poussière de la terre. De la même manière, le Ps 5,5 dit : « Les insensés ne subsistent pas devant tes yeux. (…) Tu fais périr les menteurs6Ici, deux autres verbes hébreux sont utilisés  : 1 – subsister (yatsab), se tenir devant quelqu’un ; 2 – faire périr (‘abad) dans le sens de détruire, typiquement utilisé pour parler du jugement divin qui mène à la mort (Ex 10,7, Lv 23,30, 26,38, etc.).…”

La même notion est réitérée en Es 9,15 : « Éternel, Dieu d’Israël, tu es juste, car nous sommes aujourd’hui un reste de réchappés. Nous voici devant toi comme des coupables, et nous ne saurions ainsi subsister devant ta face7Le terme derrière “subsister” est `amad, le même que pour le Ps 130,3.. » Nous connaissons encore une panoplie de passage appuyant l’idée que celui qui pèche contre Dieu mérite la mort et non les tourments éternels :

  • Éz 18,19-20 : « …le fils qui a observé et mis en pratique toutes mes lois, il vivra. L’âme qui pèche, c’est celle qui mourra. »
  • Rm 1,31 : « Et, bien qu’ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais ils approuvent ceux qui les font. »
  • Rm 6,23 : « le salaire du péché, c’est la mort. »

La perspective “tourments éternels” demande de voir dans tous ces passages, une mort spirituelle, ce qu’aucun exégète sérieux ne concèderait. Et si on demandait “où, dans la Bible, faisons-nous le lien entre une mort supposément spirituelle et des tourments éternels ?”, on n’obtiendrait aucune réponse. La mort spirituelle (séparation d’avec Dieu) implique systématiquement la mort physique dans les Écritures.

Deuxièmement, la notion qu’un même péché possède un niveau de gravité différent en fonction du statut social va à l’encontre des passages bibliques qui interdisent de juger en faisant une distinction basée sur le statut des personnes. Dt 10,17 affirme que Dieu ne fait pas de considération de personne, de favoritisme dans ses jugements8D’autres versions traduisent : ne fait pas acception de personne, n’avantage personne, est impartial, ne fait pas différence entre les gens.. À sens inverse, Ex 23,3 interdit de favoriser le pauvre par pitié, à cause de son niveau moindre de dignité sociale9Douglas A. Jacoby, What’s the Truth about Heaven and Hell? Eugene, Harvest House, 2013, p. 101.. Dans les deux cas, ce n’est pas parce qu’une personne possède plus ou moins de dignité sociale que notre jugement doit varier quant au crime commis.

On pourrait rétorquer que le fait que Dieu ne fasse pas de favoritisme entre les humains n’invalide pas l’argument classique d’Anselme parce que les Écritures affirment que Dieu ne fait pas de distinction entre les membres d’une même catégorie (entre un pauvre et un riche, tous deux humains) alors que l’exemple donné par Burk compare une même action dirigée vers des êtres de différentes catégories (Dieu vs les humains). Dans ce cas, je pense qu’il serait bon que les traditionalistes révisent la formulation de la prémisse de leur argument. Il faudrait éviter de dire, comme Burk, que “plus l’être contre qui l’on pèche possède une grande dignité, plus le châtiment doit être grand.” Dit comme cela, on voit clairement comment cela peut mener à un système de justice à plusieurs vitesses comme au temps d’Anselme ce qui serait profondément anti-biblique. À moins que l’on définisse le mot « dignité » en le reliant explicitement à la notion de catégorie des êtres. Chose certaine, les Écritures n’entrent aucunement dans ces distinctions philosophiques, mais avertit clairement de ne pas céder à ce genre de mentalité, du moins en ce qui concerne nos rapports humains :

  • 1 Pi 1,17 : « Et si vous invoquez comme Père celui qui juge selon l’oeuvre de chacun, sans acception de personnes, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre pèlerinage… »
  • Jc 2,9 : « Mais si vous faites acception de personnes, vous commettez un péché, vous êtes condamnés par la loi comme des transgresseurs. »
  • Ép 6,9 : « Et vous, maîtres, agissez de même à leur égard et abstenez-vous de menaces, sachant que leur maître et le vôtre est dans les cieux, et que devant lui il n’y a point d’acception de personnes10Cf. Ga 2,6, Rm 2,11, Ac 10,34, Col 3,25.. »

2. Un argument circulaire

Herman Witsius, un théologien réformé, soutenait déjà au 17e siècle que le fait qu’une personne meurt entièrement pour toujours peut être considéré comme un châtiment infini de la même manière que les tourments éternels peuvent être considérés un châtiment infini11Edward W. Fudge, Hell : A Final Word, Abilene, Leafwood, 2012, p. 156.. Avec cet argument, le traditionnaliste présume que pécher contre un être infini doit mener à un châtiment actif infini, c’est-à-dire aux tourments éternels alors que le conditionnaliste présume que pécher contre un être infini doit mener à un châtiment dont l’effet est infini, c’est-à-dire la mort éternelle. Dans les deux cas, on peut justifier notre conception de l’enfer par cet argument philosophique. Les arguments pour notre compréhension de l’enfer doivent plutôt reposer sur les Écritures. L’argument d’Anselme est donc un argument circulaire : il présuppose ce qu’il doit prouver.

Références   [ + ]

1. Denny Burk et al., Four Views on Hell, Grand Rapids MI, Zondervan, 2016, p. 18-19.
2. Denny Burk et al., Four Views on Hell, p. 19.
3. Edward W. Fudge, Hell : A Final Word, Abilene, Leafwood, 2012, p. 156.
4. LXX Ps 129,3 : τίς ὑποστήσεται; = “qui tiendra debout ?” ; Le TM utilise amad qui a aussi le sens littéral de “tenir debout”.
5. COL, LS, LS21 et NEG : “qui pourrait subsister ?” ; TOB, JER et SEM : “qui subsistera ?” ; BFC : “qui pourrait survivre ?” ; NBS : “qui pourrait tenir debout ?” ; PDV : “qui pourra tenir debout ?”
6. Ici, deux autres verbes hébreux sont utilisés  : 1 – subsister (yatsab), se tenir devant quelqu’un ; 2 – faire périr (‘abad) dans le sens de détruire, typiquement utilisé pour parler du jugement divin qui mène à la mort (Ex 10,7, Lv 23,30, 26,38, etc.).
7. Le terme derrière “subsister” est `amad, le même que pour le Ps 130,3.
8. D’autres versions traduisent : ne fait pas acception de personne, n’avantage personne, est impartial, ne fait pas différence entre les gens.
9. Douglas A. Jacoby, What’s the Truth about Heaven and Hell? Eugene, Harvest House, 2013, p. 101.
10. Cf. Ga 2,6, Rm 2,11, Ac 10,34, Col 3,25.
11. Edward W. Fudge, Hell : A Final Word, Abilene, Leafwood, 2012, p. 156.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeRequired fields are marked *

Théophile © 2015