Les scandales et Jésus (résumé de livre)

03/31/2016

Le scandale attaché aux épisodes de la vie de Jésus met en évidence les aspects importants de son enseignement. Et ce qui était scandalisant à cette époque peut être simplement normal aujourd’hui. Permettre que les femmes assistent à l’enseignement religieux, par exemple, n’est pas scandaleux dans la plupart des cultures aujourd’hui, mais au premier siècle (…) c’était préjudiciable à la réputation de Jésus en tant que rabbin. En reconnaissant ce genre de point de vue historique, nous pouvons mieux comprendre les accents de l’enseignement de Jésus1Instone-Brewer, David. 2012. The Jesus Scandals : Why he Shocked his Contemporaries (and still shocks today). Oxford: Monarch Books, p.12-3..

Un nouveau regard sur une figure à la fois bien connue et inépuisable, c’est ce que The Jesus Scandals de David Instone-Brewer nous propose. Sous l’angle du “scandale”, ce livre nous fait redécouvrir les valeurs, les pratiques et les conceptions juives sous-jacentes aux récits évangéliques. Tantôt, on y voit Jésus produire un scandale mélioratif allant à l’encontre des valeurs de son temps et, à un autre moment, on y voit plutôt sa réponse face à un scandale péjoratif. Il présente même parfois Jésus de façon inusitée, voire renversante : Jésus luttant avec des pensées suicidaires2Ibid., p.60-64; c.f. Matthieu 26:38 ou avec la stigmatisation sociale qu’il dût endurer parce qu’on avait des doutes sur son père biologique3Ibid., p.16-21; c.f. Jean 8:41.

Plusieurs des sujets abordés touchent à “la vraie vie”, c’est-à-dire à des sujets liés aux dures réalités de la vie et souvent perçus encore aujourd’hui comme étant scandaleux ou tabous : prostitution, maladie mentale, fraude, abus d’enfant, divorce, abus conjugal, l’abus d’alcool. D’autres chapitres offrent un regard surprenant sur des sujets théologiques bien connus : enfer, crucifixion, résurrection, miracles, le péché impardonnable, etc. À chaque chapitre, on trouve au moins un petit élément (sinon plusieurs) qui vient nous faire voir les textes bibliques un peu plus à la lumière des sensibilités des gens de l’époque ce qui illumine davantage le message biblique.

Ayant fait son doctorat sur les techniques d’interprétation rabbinique4Instone-Brewer, David. 1992. Techniques and Assumptions in Jewish Exegesis Before 70 CE. Tübingen: J. C. B. Mohr, 299 p., Instone-Brewer est un grand érudit concernant l’arrière-plan culturel du Nouveau Testament, non seulement en lien avec la culture rabbinique, mais aussi avec la culture gréco-romaine, Qumran et le Proche-Orient ancien de façon générale. Cette lecture m’a donné envie de lire les grandes oeuvres du premier siècle pour mieux comprendre la culture du NT : Talmud babylonien, Mishna, Flavius Josèphe, Philon d’Alexandrie, les écrits de Qumran, etc.

Ma seule critique concerne l’envers de la médaille du style populaire : je pense que l’auteur ne cite pas assez ses sources et il n’entre pas assez en dialogue avec les points de vue différents. Si la question de l’évitement des débats est comprenable pour conserver le style populaire, je trouve plus difficile à comprendre pourquoi on ne trouve pas plus de références bibliographiques pour appuyer ses dires. Mais tout compte fait, je recommande fortement ce livre qui a le potentiel de rafraîchir votre perspective sur Christ.

Références   [ + ]

1. Instone-Brewer, David. 2012. The Jesus Scandals : Why he Shocked his Contemporaries (and still shocks today). Oxford: Monarch Books, p.12-3.
2. Ibid., p.60-64; c.f. Matthieu 26:38
3. Ibid., p.16-21; c.f. Jean 8:41
4. Instone-Brewer, David. 1992. Techniques and Assumptions in Jewish Exegesis Before 70 CE. Tübingen: J. C. B. Mohr, 299 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeRequired fields are marked *

Théophile © 2015