L’habillement dans l’église

07/07/2010

Il y a une semaine et demie, j’ai eu le privilège d’apporter la prédication à mon église locale. Pendant les annonces, j’ai passé par l’entrée de l’église pour aller vers les toilettes et j’ai été serrer la main à deux frères qui étaient en train de parler ensemble. L’un d’entre eux me demanda : “Qui est-ce qui prêche ce matin?” Je répondis : “C’est moi!” À la blague, il me rétorqua : “Tu vas prêcher habiller comme ça?” Enfin, je lui dis : “Oui, et je prêche sur le jugement!” (ce qui était vrai!) J’ai donc fait référence à cette scène cocasse lors de l’introduction de mon enseignement et j’ai brièvement parlé de l’habillement du prédicateur. Or, j’aimerais expliquer dans cet article pourquoi est-ce qu’en tant que prédicateur, je me permet de prêcher en jeans avec une chemise, plutôt qu’en complet et cravate…

Ma philosophie en ce qui concerne mon habillement en tant que prédicateur est celle-ci :

– Être propre et soigné : il n’est pas question de me présenter devant l’assemblée vêtu n’importe comment… Le dimanche en question, j’étais quand même beau bonhomme (selon moi! Et ma femme! 😉 )!

– Rester moi-même : je ne veux pas qu’il y ait une dichotomie, une différence, une incohérence entre le Sonny prédicateur, le Sonny des autres dimanches et le Sonny de tous les jours. Il ne s’agit pas de mettre un déguisement.

– Communiquer l’humilité : ne pas chercher à me donner une autorité ou un air plus sérieux au travers mes vêtements. Chercher à plaire à Dieu plutôt qu’aux hommes.

Important : Bien que je m’applique personnellement ces critères, je veux souligner qu’ils ne s’appliquent par forcément aux autres. Par exemple, mon pasteur et bien d’autres prédicateurs invités à mon église prêchent en complet cravate et cela ne veut pas dire pour autant qu’ils ne sont pas authentiques ou qu’ils veulent se donner une autorité par leur tenue vestimentaire. Il est important de garder cela en tête jusqu’à la fin de ce post. J’aimerais brièvement commenter sur les deux points que je viens d’énumérer…

Authenticité

En soi, cette valeur est neutre. Elle peut être au service de l’égocentrisme comme de l’amour. Mon désir de demeurer authentique dans mon habillement lors de mes prédications est animé par la volonté de communiquer aux autres que nous n’avons pas à mettre un masque le dimanche matin, nous n’avons pas à avoir le souci de s’aliéner pour plaire aux hommes. Au contraire, je désire communiquer qu’on peut venir dans la présence de Dieu avec transparence. Or, cette transparence devant Dieu ne peut exister si la culture de l’église communique qu’il faut rencontrer des standards d’apparence. Mon désir d’authenticité vise donc le bien commun et en cela, il n’est pas égoïste. Une réponse égoïste ressemblerait à ceci : “Je m’habille en jeans parce que je suis confortable comme ça un point c’est tout. Tant pis si ça te dérange.” La réalité est que si vous me voyez à un mariage ou à des funérailles, je serai en complet-cravate parce que je voudrai refléter mon attitude intérieure de solennité aux circonstances, au contexte. Par respect pour les familles concernées et le caractère spéciale de l’évènement, je mettrai un habit particulier.

Autorité

Les seules fois où Jésus parle de tenue vestimentaire dans la bible, c’est pour pointer du doigt l’attitude hypocrite des Pharisiens et des scribes qui cherchaient l’honneur des hommes en exhibant leurs beaux vêtements qui faisaient leur autorité religieuse :

Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes. Ainsi, ils élargissent leurs phylactères et ils agrandissent les franges de leurs vêtements (Matthieu 23:5).

Et :

Gardez-vous des scribes qui aiment à se promener en robes longues et à être salués dans les places publiques, qui recherchent les premiers sièges dans les synagogues et les premières places dans les festins (Luc 20:46) …

Il est aussi important de se rappeler l’importance du lien entre l’habillement et le statut à l’époque néotestamentaire :

Clothing was not mere body covering but indicate one’s role and status, and so it is best viewed in terms of the values of honor and shame. As such, clothing is a means value serving to express the core value of honor1John J.Pilch and Bruce J. Malina. 1998. A Handbook of Biblical Social Values (1993). Peabody: Hendrickson Publishers, p.22..

Ainsi, Jésus critiquait la tendance pharisianique à mettre plus d’emphase sur les apparences, l’extérieur, la forme plutôt que sur le contenu, l’essence, l’intérieur :

Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat et qu’au dedans ils sont pleins de rapine et d’intempérance. 26. Pharisien aveugle! Nettoie premièrement l’intérieur de la coupe et du plat afin que l’extérieur aussi devienne net. 27. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis qui paraissent beaux au dehors et qui, au dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute espèce d’impuretés. 28. Vous de même, au dehors, vous paraissez justes aux hommes, mais, au dedans, vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité (Matthieu 23:25-28).

Bref, ma préoccupation première est de communiquer aux gens de l’église que le dedans doit avoir préséance sur le dehors et que ce dernier ne doit pas être un aspect sur lequel on concentre notre attention (quoique relativement important aussi). D’où la différence entre relation avec Dieu et religion, entre spiritualité et traditions d’hommes.

Références   [ + ]

1. John J.Pilch and Bruce J. Malina. 1998. A Handbook of Biblical Social Values (1993). Peabody: Hendrickson Publishers, p.22.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeRequired fields are marked *

One comment on “L’habillement dans l’église

  1. Waww !!!

    J'aime ce post !
    Combien de fois je me suis stressée le dimanche matin pour savoir ce que j'allais mettre.
    Cette coutume que nous avons de nous habiller propre à l'église est dans mon cas davantage nuisible que bénéfique.
    Non pas que je dénonce quelque jupe que ce soit, mais plutôt que je dénonce l'importance qu'on accorde à cette tradition.
    Je suis d'autant plus disposée à adorer Dieu lorsque je me retrouve seule à seul avec lui, en toute simplicité.
    Je ne m'empêcherai jamais de me mettre belle pour mon Seigneur, mais si cela devient pour moi un compromis chaque dimanche, je préfère m'en tenir aux jeans.

    Merci Son pour ton authenticité à ce sujet !!!

Théophile © 2015